Grandis !

Moi qui vous parle, j’ai quand même vu Armstrong marcher sur la lune en 1969… Peut être pas en direct, parce qu’à cette époque j’allais plutôt au lit après Bonne nuit les petits. Mais à peu de choses près. Et je me souviens avoir marché à cette époque en imitant le pas des astronautes. Un truc qu’on n’appelait pas encore moonwalking. Tout ça en regardant la lune, persuadé qu’en scrutant bien on pouvait voir le LEM posé dessus…

Je me souviens aussi de l’année précédente. Pas vraiment de mai, mais bien des Jeux olympiques de Grenoble. À cause de Jean-Claude Killy, qui avait signé après un contrat avec l’usine de chaussures où travaillait mon père. À cause aussi du bonhomme tout schuss que mon dentiste a gardé longtemps sur une étagère. Comme sa Gauloise aux lèvres pendant qu’il me passait la roulette.

Bref…

Tout ça pour dire que c’est sans doute par réflexe pavlovien, par réminiscence freudienne ou autre trace de carie inconsciente, que j’ai dressé l’oreille quand j’ai entendu dire que pour la première fois dans l’histoire des JO, la flamme olympique allait voyager dans l’espace.

torche-olympique-00

J’ai dû mal entendre.

torche-olympique-02

Parce qu’en fait de flamme, n’a voyagé qu’une torche éteinte. Oui, je sais : il n’y pas d’oxygène dans l’espace. Mais quand même, une civilisation qui a inventé les armes chimiques et facebook (entre autres) aurait bien pu trouver un truc pour que ça brûle. Même que j’étais presque prêt à rêver encore un peu, voire à danser un moment de nouveau en moonwalking.

torche-olympique-03 torche-olympique-04 torche-olympique-05

Au lieu de ça, je n’ai que ces images pitoyables à vous montrer. En plus, cette torche ressemble à un ustensile de cuisine hyper-design avec lequel on n’arrive même pas à éplucher les patates. Et j’ai appris en me documentant (faut pas croire…) pour ce billet, qu’il y en avait eu 16000 du même modèle fabriquées pour parcourir les 65000 kilomètres entre Athènes et Sotchi (passage par l’espace compris ? je ne sais pas).

Moi qui croyais encore que ce flambeau était aussi unique que la rose du Petit Prince ou la marguerite d’Harold.

“Grandis donc un peu”, m’a glissé (gentiment) une collègue l’autre jour. Si c’est pour devenir adulte, non merci !

De toutes façons, des Jeux olympiques qui se déroulent une année non bissextile, c’est pas des vrais. C’est juste une opération de communication pour Poutine !

torche-olympique-06

Et torchée en plus…

(photos : Dmitry Lovetsky, Shamil Zhumatov, Sergei Chirikov, DR)

Un des trucs bien d’avoir (un peu) grandi, c’est qu’aujourd’hui j’ose chanter. Tranquille. Merci Hakim !

J’aurais jamais osé gamin, faire un truc comme ça. Ils sont fort chez Playing for Change, dont je suis heureux de vous offrir le 78e épisode : Love is all. Beau programme terrestre en plus !

[vimeo 78409390 600 338]

The following two tabs change content below.
JR (abcdetc)
JR, a priori ça n'a rien à voir avec abcdetc. Plutôt avec Jean-Robert, mais appelez moi JR. Oui, comme ... le photographe. Depuis plus de 50 ans que je vis dans ce monde, je n'en ai pas encore compris le sens et même quand je pense à la façon dont la planète tourne sur elle même ou autour du soleil, je suis obligé de réfléchir pour ne pas me tromper de sens. Alors je ne vous dis pas comme parfois je me prends la tête quand je vois tourner l’actualité. citoyen du monde, natif et résident en France.
JR (abcdetc)

Derniers articles parJR (abcdetc) (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *