Mais que fait la police ?

Article : Mais que fait la police ?
21 janvier 2014

Mais que fait la police ?

J’ai beau avoir le regard tourné vers le monde, mes oreilles écoutent les informations de France. France-Culture le matin, France-Inter le soir et Radio France Internationale par confraternité.

C’est comme ça que dimanche soir, avant les informations, j’ai pu entendre la fin de l’intervention de Christian Estrosi dans l’émission Tous politiques.

Sans intérêt. Et sans réelle nouveauté.

Ainsi, sur une question au sujet de Dieudonné (qu’il préfère appeler Monsieur M’bala M’bala), le maire de Nice a réussi à passer de la dénonciation de l’antisémitisme à un flirt avec l’anti-arabisme :

“Monsieur Vals a entretenu ça (la polémique) pendant plus de 15 jours. Alors que sa responsabilité aurait été de passer à autre chose pour montrer qu’il était au cœur de la lutte contre l’insécurité, contre la délinquance, contre les voyous, contre les réseaux islamistes infiltrés dans notre pays qui aujourd’hui recrutent des jeunes dans nos quartiers, dans nos cités […] pour être formés en Syrie ou à Alep.”

Au-delà de l’amalgame qui marche toujours, notons au passage les brillantes connaissances géographiques de M. Estrosi.

Et pour lui donner (et à d’autres) des arguments pour un prochain raccourci réducteur, je lui signale un rassemblement de rue de milliers de musulmans qu’aucun média français (même RFI…) n’a relaté.

Syedna-Mohammed-Burhanuddin-00

Il faut dire que ça s’est passé samedi à Bombay. En Inde pour les lecteurs des Alpes-Maritimes qui auraient eux aussi quelques soucis de repérage géopolitique…

Les obsèques du chef de la communauté Dawoodi Bohra, Syedna Mohammed Burhanuddin décédé vendredi à l’âge respectable de 102 ans, ont été suivies par plusieurs milliers de fidèles vêtues de blanc, réunis devant le domicile du guide spirituel, dans le quartier de Malabar Hill. Une bousculade s’est produite lors de la fermeture de la maison du Dā’ī al-Mutlaq, provoquant la mort de 18 personnes. Quarante autres ont été blessées.

Le chef de la police de Bombay, Satya Pal Singh, s’est excusé, en expliquant qu’il ne pensait pas que “la foule serait si nombreuse” et en précisant qu’il est délicat “de prendre des mesures sévères pour repousser une foule dans des occasions émotionnelles”.

J’ignore quel dirigeant du BJP (Bharatiya Janata Party), le parti d’opposition nationale-hindouiste indien, aura pointé la responsabilité de Monsieur Singh. Mais 138 millions de fidèles (l’Inde compte la troisième plus grande communauté musulmane derrière l’Indonésie et le Pakistan), ça fait un sacré réseau…

(photos : Saman Ansari, Rajanish Kakade)

Si la police indienne fait preuve d’un certain laisser-aller, les services de l’immigration n’ont rien à se reprocher. En Israël.

Après sa victoire dans la version locale du radio-crocher X-Factor, Rose Fostanes s’est en effet vu signifier qu’elle ne pourrait pas poursuivre sa carrière en terre israélienne, son visa de travail ne lui ayant été délivré que pour aider des personnes âgées ou malades…

A l’heure où les demandeurs d’asile manifestent pour que soient simplement reconnus leurs droits, cette intransigeance a toutes les chances de satisfaire les Israéliens qui réclament le renvoi des immigrés africains chez eux. Oubliant au passage qu’ils sont eux aussi des immigrés ou des descendants d’immigrés (il y avait 550 000 juifs en Palestine en 1945, à comparer aux 6, 4 millions de juifs en Israël en 2013…)

Bref.

Je suis désolé si, après ce préambule qui pourrait être suspecté d’antisémite par des fonctionnaires zélés, je ne passe pas – Comme d’habitude – de chanteuse israélienne. Mais ce coup-ci, ce n’est pas de ma faute…

[youtube 9XF-KyjD5nc 600 338]

Partagez

Commentaires

serge
Répondre

Je crois avoir reconnu Ben Laden parmi les fidèles, tiens

JR (abcdetc)
Répondre

Ben Laden ? Mon Dieu ! Mais que fait la police ?
Trêve de plaisanterie, faut pas dire des choses pareilles : ça va réveiller une nouvelle théorie du complot.
Sourire

DEBELLAHI
Répondre

"En Syrie ou à Alep", est une véritable équation de géographie. Tenir à appeler cet humoriste M'abala M'bala, ne peut pas effacer qu'il est Dieudonné. Maintenant, être d'accord avec lui, ou pas, c'est une autre question. On ne peut pas dire que l'Etat d’Israël est raciste. Pourtant, une député de la Knesset, d'origine éthiopienne , s'est vue refuser son offre de don de sang à la croix rouge israélienne. Après des protestations, ils ont accepté de faire le prélèvement en précisant qu'il ne pourront pas l'utiliser, en raison des risques majeurs qu'il peut présenter. Comment on peut appeler ça ?

JR (abcdetc)
Répondre

Je n'oserais pas appeler ça…
Pour ce qui est des propos de Dieudonné et de la réponse qui leur a été apportée, je pense que le manichéisme ne mène à rien et que le message du “deux poids, deux mesures” risque de faire du mal.
Mais on s'éloigne un peu de Syedna Mohammed Burhanuddin, non ?
:)

Berliniquais
Répondre

Aaaah, l’impayable Christian Estrosi. Celui qui a dit "vous avez vu comme M. Sarkozy est populaire en forêt amazonienne?", ou encore "il est indigne de reprocher au président de la République d'être allé dans une brasserie populaire des Champs-Élysées ce soir-là !" en parlant du Fouquet's. Le monsieur qui a pris un vol en jet privé à 138.000€ aux frais du contribuable pour venir prendre un pot avec les barons de l’UMP.

On peut être complètement déçu, voire écoeuré de l’action du PS au pouvoir, mais tant que cela éloigne cette bande de vautours, alors ça vaut le coup.