Monacal

Article : Monacal
Étiquettes
11 mars 2014

Monacal

Dans mes moments de doute ou de détresse, lorsque je me demande encore ce que je ferai quand je serai grand (et si je le serai un jour), il m’arrive d’envisager de me tourner vers la vie monacale pour y trouver un certain apaisement ainsi qu’un espace méditatif et productif de fromage, de liqueur ou de bière. Avec peut-être quand même une connexion à Internet pour poursuivre ce blog.

Bref.

Yasuhiro-Koike-00

Pendant que des milliers de Japonais manifestaient encore ce dimanche à la veille du troisième anniversaire du tsunami et de la catastrophe nucléaire de Fukushima qui lui succéda, Yasuhiro Koike était encore à la tâche.

Yasuhiro-Koike-01

Depuis la catastrophe, ce moine bouddhiste du temple Seitaiji d’Higashimatsuyama a entrepris de sculpter des statues de la divinité Kannon, déesse de la miséricorde, qu’il donne aux familles des personnes mortes ou disparues en souvenir des êtres chers. En trois ans, il a créé environ 250 statues. C’est dire s’il lui reste du travail : le bilan du séisme est de près de 19 000 victimes et il ne cesse de s’alourdir !

Yasuhiro-Koike-02

Mais Yasuhiro Koike n’a que 72 ans et encore toute la vie devant lui. Et sans doute une foi aussi solide que le bois dans lequel il taille ses statues.

Yasuhiro-Koike-03Yasuhiro-Koike-04 Yasuhiro-Koike-05

Finalement, je ne sais pas si je pourrais être moine avec mes maigres talents de sculpteur (comme de fromager ou de brasseur) et mes convictions aussi approximatives que mes croyances sont vacillantes*.

(Photos : Junji Kurokawa, Koji Ueda)

* Entre le début de ce billet et sa conclusion, je suis allé voir Ida, que je vous recommande si vous ne l’avez pas encore vue. Au-delà d’une pureté cinématographique qui touche à l’absolu, ce film parvient à montrer l’indescriptible de cette croyance convaincue que je ne possède pas…

[youtube 6TDZn97OOHw 600 338]

Pas facile d’enchaîner après Jean-Sébastien Bach et son Ich ruf zu dir, Herr Jesu Christ (Je t’appelle, seigneur Jésus-Christ) qui est à la fois la bande son de la bande annonce et le générique de fin d’Ida.

Sans transition et tout en contraste, je vous invite donc à danser au son de la kora de Sekou Kouyate accompagnée du chant de Joe Driscoll. Les deux bonhommes avaient été invités sur abcdtec il y a un peu moins d’un an pour la sortie de leur nouvel album, Faya. Mais je ne vous avais alors pas offert le morceau titre de l’album. Voilà qui est fait.

[youtube DSWvlys0NLE 600 338]

Partagez

Commentaires