13 mars 2014

Mort naturelle

C’est en trouvant la photo que j’ai appris l’existence du bonhomme et sa mort.

Mohammed-Qasim-Fahim-1

La légende qui l’accompagnait expliquait : “Un cortège funèbre pour l’influent vice-président d’Afghanistan, Mohammad Qasim Fahim, a eu lieu à Kaboul mardi. Fahim, commandant de premier plan dans l’alliance qui a combattu les talibans, a été plus tard accusé avec d’autres chefs de guerre de ciblage des zones civiles pendant la guerre civile du pays. Il est décédé dimanche à 57 ans.”

L’homme était toujours “influent” selon La Croix, “influent et controversé” pour Libération, “puissant et redouté” dans les pages du Monde, qui tous trois utilisent le même portrait pour illustrer leur article. Je vous laisse le choix du titre où vous irez découvrir la photographie du sympathique bonhomme décédé de “mort naturelle”.

Ce qui est plutôt méritoire pour un homme qui a combattu pendant la guerre contre les Soviétiques (1979-1989), la guerre civile (1992-1996) puis la lutte contre le régime des talibans (1996-2001). Et qui a été, comme le soulignent aussi mes confrères, le bras droit du commandant Ahmed Shah Massoud. Qui n’a pas eu la chance de mourir de mort naturelle le 9 septembre 2001. Assassinat auquel Mohammed Qasim Fahim en serait pas complètement étranger. Mais rien n’est prouvé. Et les Afghans ont eu droit à trois jours de deuil national pour pleurer la mort de leur vice-président.

enfants-afghanistan-1

Pendant ce temps, le pays se répare tout doucement et les armées étrangères s’apprêtent à l’abandonner à son sort. Et les derniers soldats qui patrouillent ne sont plus vraiment redoutés ni influents ni puissants. Ils font juste sourire les enfants pendant que leurs parents processionnent.

(photos : Massoud Hossaini, Scott Olson)

Une musique pas si funéraire et pas vraiment de circonstances, en provenance de Namibie, avec Jackson Wahengo, le plus célèbre guitariste du pays.

[youtube A1PWNoFxlT8 600 338]

Partagez

Commentaires