Mon destin est de vivre !

Article : Mon destin est de vivre !
5 décembre 2013

Mon destin est de vivre !

Ils se sont retrouvés à près de 200 sur la Largo da Carioca à Rio de Janeiro, lundi 2 décembre au soir. Et ils ont peint.

Juventude-Marcada-para-Viver-00 Juventude-Marcada-para-Viver-01 Juventude-Marcada-para-Viver-02 Juventude-Marcada-para-Viver-03 Juventude-Marcada-para-Viver-04 Juventude-Marcada-para-Viver-05

Je ne sais pas combien de temps cela leur a pris, mais au matin la place était recouverte de 4 000 silhouettes évocatrices, accompagnées de leur signature : JMV.

Juventude-Marcada-para-Viver-07 Juventude-Marcada-para-Viver-08 Juventude-Marcada-para-Viver-09 Juventude-Marcada-para-Viver-10

Ils  étaient 4000 : comme le nombre de personnes tuées chaque année à Rio (sur 50 000 homicides annuels dans tout le Brésil). Parmi ces victimes, les autorités ont dénombré l’an passé 1418 meurtres de jeunes âgés de 15 à 29 ans. Et, 76% des victimes étaient noires…

JMV : comme Juventude Marcada para Viver (Des jeunes qui taguent pour la vie, traduction approximative…) Des jeunes qui veulent interpeller contre cette hécatombe, qui se souviennent de leurs amis ou de leurs proches assassinés, qui espèrent casser les préjugés selon lesquelles les victimes “faisaient quelque chose de mal”, qui souhaitent alerter le gouvernement et le faire agir, en renforçant ses programmes pour la réduction de la violence notamment envers les populations les plus menacées, qui espèrent combattre le racisme et qui ont pour slogan : “Mon destin est de vivre !”

Longue vie à eux.

(photos : Juventude Marcada para Viver, Fernando Quevedo, Ricardo Moraes, Ale Silva, DR)

D’une pensée à l’autre et du Brésil à la Californie, en passant par le Guatemala et le Mexique, je suis arrivé jusqu’à Los tigres del norte, l’un des groupes les plus populaires de musique Norteña et à leur titre La jaula de oro, que Diego Quemada-Diez a emprunté pour baptiser son film présenté au dernier Festival de Cannes et qui vient de sortir en France sous le titre Rêves d’or. Une claque magistrale, autant humaine que cinématographique, dont j’aurais aimé vous proposer la chanson du (terrible) générique de fin.

Mais je n’ai pas dit mon dernier mot.

[youtube oDcbf4Kic_Q 600 450]

Partagez

Commentaires

Richard
Répondre

Entre la pauvreté et le narcotrafic, pas étonnant qu’il y ait une telle insécurité ! Il me semble avoir entendu dire, il n’y a pas si longtemps, que le Brésil était classé parmi les 10 pays les plus dangereux au monde… La dette et la croissance ne sont peut-être pas les objectifs les plus difficiles à atteindre là bas !
Et à coté de ça il y a le football !!!??? Et les dépenses qui vont avec… Quelquefois l’être humain n’est pas facile à comprendre.

Serge
Répondre

Cher Richard "yoda", c'est loin d'être si simple... le Brésil n'est pas que la "pauvreté et le narcotrafic"... le pays n'a plus de dette extérieure. la dette interne est à 30 % loin derriEre la France, le président Hollande s'en est félicité... lol